Auteur / Autrice

Retour à la liste
Gwenaëlle
Abolivier
Photo de Gwenaëlle Abolivier
Biographie

Journaliste, écrivaine et productrice sur France Inter, Gwenaëlle Abolivier parcourt le monde au travers de ses émissions de voyages et de grands reportages pendant plus du vingt ans. Elle se tourne aujourd’hui vers l’écriture tout en continuant d’intervenir sur les ondes et dans les revues. Son écriture puise dans ses expériences voyage mais aussi dans les horizons du monde entier. Autrice de récits, d’anthologies, de correspondances, de textes poétiques et de livres illustrés pour la jeunesse, Gwenaëlle Abolivier écrit Tu m’avais dit Ouessant (Le mot et le reste, 2019) pour lequel elle est récompensée du Prix Marino Bravo Zulu en 2020. Avec son nouveau roman Marche en plein ciel (Le mot et le reste, 2022), elle arpente le chemin des Cévennes emprunté par Robert Louis Stevenson plus d’un siècle auparavant.

Bibliographie
  • Vertige du Transsibérien, Naïve, 2015
  • Qui a vu Monsieur Corbu, Bernard Chaveau, 2016
  • Tu m’avais dit Ouessant, Le mot et le reste, 2019
  • La Fiancée, Soleil, 2021
  • Marche en plein ciel, Le Mot et le Reste, 2022
Résumé de l'oeuvre

Marche en plein ciel, Le Mot et le Reste, 2022

 

Passionnée par l’écriture et la marche, Gwenaëlle Abolivier raconte sa traversée à pieds des Cévennes dans les pas de Stevenson. À chaque pas, elle s’éloigne de l’immobilité du quotidien et s‘ouvre davantage à la littérature, elle fait corps avec le paysage cévenol qui accueille son évasion. Par ce biais elle nous offre une plongée au cœur du vivant et une réflexion sur l’écriture en mouvement. Lors de sa rencontre au détour des sentiers avec Marvejols et Luce, son ânesse, elle partage l’errance du voyageur le temps d’une parenthèse consacrée à l’écoute.  Au fil de ces chemins où elle tutoie le ciel, la solitude lui offre l’espace nécessaire pour penser. Bien plus qu’un journal de marche, Gwenaëlle Abolivier déploie une incitation à la méditation, elle donne envie de prendre le temps de parcourir les sentiers.

Extrait de l'oeuvre

« Forcément, quand on part marcher en direction des Cévennes, on pense à Robert Louis Stevenson. Cet immense écrivain et grand aventurier a laissé une empreinte dans la littérature mondiale et est considéré comme le père de la littérature de voyage. C’est un avant-gardiste qui va initier, sur ce chemin, un nouveau genre littéraire, c’est-à-dire les descriptions de paysages et de rencontres, mais plus encore l’écriture du voyage intérieur. Son génie est là. Il pose sur ce territoire, sans qu’il le sache certainement, les prémisses de l’écriture de l’introspection et du dédoublement : une plongée dans les sentiments profonds. »